Un nouvel article de MC RAY

Suivez nous !

Des bactériophages pour éviter des pesticides ?

La phagothérapie représente un véritable espoir pour soigner des maladies infectieuses chez l’homme. Mais les plantes pourraient elles aussi être traitées par des phages… Plutôt que d’employer des produits chimiques, des scientifiques s’intéressent sérieusement à l’utilisation des virus mangeurs de bactéries pour éliminer des maladies bactériennes qui affectent les cultures.

C’est le cas par exemple de la tomate sur laquelle des chercheurs expérimentent des combinaisons de phages pour lui éviter des maladies, comme celle due à la bactérie Ralstonia solanacearum. Cette bactérie, qui conduit à un flétrissement de la plante, est particulièrement redoutée dans les zones tropicales et sub-tropicales, mais se développe aussi sous serre, en Europe (1).

Récemment, des chercheurs ont mis au point des mélanges de phages permettant de réduire de 80 % l’incidence de la maladie de la tomate due à Ralstonia solanacearum (2). D’après eux, 10 à 20 % de la production alimentaire est perdue chaque année à cause de maladies qui touchent les plantes. Dans ce contexte, les phages apparaissent comme des outils de précision pour s’attaquer à leurs bactéries cibles et éviter des maladies aux plantes.

L’utilisation de phages en agriculture n’est pas nouvelle. Après la découverte des phages par Félix d’Hérelle et Frédérick Twort, plusieurs scientifiques ont imaginé s’en servir pour lutter contre des infections végétales. Par exemple, en 1925, Kotila et Coons ont testé des phages pour prévenir la pourriture molle due à des bactéries sur des tubercules de pomme de terre et de carotte (3).

Des préparations de phages sont actuellement autorisées en agriculture, comme Agriphage de la société Omnilytics aux Etats-Unis, un produit qui lutte contre des maladies touchant la tomate et le poivron. En Europe, la société hongroise Enviroinvest a développé Erwiphage, qui lutte contre le feu bactérien qui affecte des arbres fruitiers.

Références
(1)    Ralstonia solanacearum. Site http://ephytia.inra.fr
(2)    Wang et al. Phage combination therapies for bacterial wilt disease in tomato. Nature Biotechnology. 2019.
(3)    Buttimer et al. Bacteriophages and Bacterial Plant Diseases. Frontiers in Microbiology. 2017.

Procurez vous le livre de MC RAY : https://www.amazon.fr/Infections-traitement-derni%C3%A8re-Marie-celine-Ray/dp/2365493203

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Customized Social Media Icons from Acurax Digital Marketing Agency
Visit Us On FacebookVisit Us On Youtube